vendredi 29 avril 2016

Lecture du moment  
             Chroniques sur mes dernières lectures


NOS FACES CACHÉES d'Amy Harmon

Couverture : Nos faces cachées

Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l'on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connait un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu'il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu'à ce qu'il cesse de l'être…

Nos Faces Cachées est l'histoire de cinq amis qui partent à la guerre.
L'histoire d'amour d'une jeune fille pour un garçon brisé, d'un guerrier pour une fille ordinaire.
L'histoire d'une amitié profonde, d'un héroïsme du quotidien bouleversant.
Un conte moderne qui vous rappellera qu'il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous…


    Ce livre, je l’ai dans ma PAL depuis un moment. Je l’ai acheté après en avoir entendu beaucoup de bien… puis j’ai continué en entendre parler, à lire des avis coups de cœur, encore et encore. Et il a commencé à me faire peur ! C’est un peu ce qui m’arrive lorsque j’entends trop de bien sur un roman : je suis presque assurée d’être déçue à la lecture. Alors je repoussais sans cesse l’échéance pour lire ce roman, jusqu’à ce que l’on me le donne en gage pour un défi. Je l’ai donc commencé et terminé en une petite journée ! Suis-je déçue de ma lecture ? Non ! Pas du tout ! Nos faces cachées est-il un coup de cœur pour moi ? Non plus. Même si l’histoire m’a touchée, m’a fait rire et pleurer, il manquait un petit quelque chose, une petite étincelle pour que l’appréciation se transforme en coup de cœur. Peut-être y avait-il juste un peu trop de longueur. Ou peut-être que l’auteure a tellement voulu faire passer son message, comme quoi la beauté est intérieure, qu’à un moment ça devient moralisateur et lassant. Mais tout de même, Nos faces cachées a été une lecture prenante, bouleversante.
    Je ne parlerai pas beaucoup de l’histoire parce que le résumé nous laisse un peu dans le flou et c’est bien ainsi. J’ai aimé découvrir petit à petit là où l’auteure voulait nous amener. J’ai aimé suivre la vie des personnages comme si elle était réelle (et on a souvent l’impression qu’ils sont réels tant l’histoire ressemble à la vraie vie) sans savoir ce qui allait advenir d’eux. Je m’attendais à ce que la romance prenne un peu plus de place, mais finalement c’est très bien ainsi parce que l’histoire entre Ambrose et Fern, bien que belle et vraie, n’est pas ce qui m’a marqué à la lecture du roman.
    Dans Nos faces cachées, on suit l’histoire de trois personnages : Fern, discrète et pas très jolie, qui est amoureux d’Ambrose depuis des années. Bailey, son cousin qui souffre d’une maladie qui le condamne à passer sa vie en chaise roulante et à mourir jeune, ce qui lui donne une vision de la vie très différente des autres personnes de son âge. Et finalement Ambrose, l’idole du lycée… de la ville même, mais qui est beaucoup plus que ça sous la surface de beau gosse sportif. On suit ces personnages à partir de l’adolescence, et pendant quelques années, et on revient même quelques années en arrière. Si j’ai aimé avoir des flashbacks de leur jeunesse, je les ai trouvés trop nombreux et pas toujours nécessaire. Je n’en avais pas besoin pour bien comprendre les personnages… des personnages uniques et hauts en couleur, il faut l’avouer ! C’est là pour moi l’une des plus grandes forces du roman. J’ai adoré Fern, Bailey (surtout Bailey) et Ambrose. J’ai adoré la paire que forment Fern et Bailey, leur amitié est tellement forte et belle… et j’ai tout autant aimé le petit groupe qu’ils forment lorsque plus tard, Ambrose se joint à eux. J’ai suivi leur histoire, leur vie, avec plaisir parce qu’ils m’ont fait sourire souvent, qu’ils m’ont fait réfléchir et qu’ils m’ont fait pleurer toujours à des moments où je ne m’y attendais pas. Il y a beaucoup d’événements dramatiques dans Nos faces cachées, et si j’ai eu la gorge serrée à plusieurs reprises à ces moments-là, ce sont souvent de petites réflexions des personnages, encore une fois surtout de Bailey, juste quelques mots, qui m’ont fait verser une larme ! Ah ! Bailey ! Quel personnage unique et attachant ! Juste pour connaître ce personnage, la lecture en vaut la peine ! Même si Fern et Ambrose sont aussi très touchants et attachants, pour moi c’est Bailey le cœur du roman, celui qui fait que tout ce tient, que tout a du sens.   
    En bref, une bonne lecture pour moi, un livre qui a frôlé le coup de cœur. Des personnages uniques, une histoire émouvante, poignante. Alors oui, comme beaucoup d’autre avant moi, je vais vous le dire : un roman à découvrir si vous aimez les livres qui touchent en plein cœur.   


Petits extraits, petites paroles des personnages parce que je les trouve ces tellement vrais:
"Je pense que les gens sont comme ça. Quand on les regarde pour de bon, on ne voit plus un nez parfait ou des dents régulières. On ne voit plus les cicatrices d'acné ou la fossette du menton. Tout devient flou et tout d'un coup on les voit, eux, les couleurs, le vie à l'intérieur de la coquille et la beauté prend un tout autre sens."

"— C’est dur d’admettre qu’on ne sera jamais aimé comme on voudrait l’être.
Pendant un instant, la jeune fille croit qu’il parle d’Ambrose et elle. Mais elle comprend tout d’un coup qu’il ne fait pas allusion à un amour non partagé… Pas vraiment. Il parle de sa maladie. De Rita. De toutes les choses qu’il ne pourra jamais lui donner. De toutes celles qu’elle ne voudra pas accepter. Parce qu’il est malade. Et qu’il ne guérira jamais.
— Il y a des jours où je ne peux plus le supporter.
La voix de Bailey se met à trembler et il cesse de parler aussi brutalement qu’il l’a commencé.
Les yeux de la jeune fille se remplissent de larmes de compassion qu’elle essuie en entrant la voiture dans le garage sombre des Sheen. L’éclairage automatique répand son accueillante lumière au-dessus d’eux. Elle met le frein à main, détache sa ceinture de sécurité et pivote vers son cousin. Dans l’obscurité, le visage de Bailey est défait et Fern est envahie par la crainte : elle sait qu’il ne sera pas à ses côtés
pour toujours – il ne sera même pas à ses côtés pour longtemps. Elle prend sa main dans la sienne.
— Il y a des jours comme ça, Bailey, où on se dit qu’on n’en peut plus. Et puis on découvre qu’en fait, on peut encore avancer. Toujours. Tu es fort. Tu respires un grand coup, tu déglutis encore une fois, tu souffres encore un peu et tu trouves un second souffle, affirme Fern dont le sourire tremblant et les yeux pleins de larmes contredisent les paroles."

mercredi 27 avril 2016

CHRONIQUE COUP DE COEUR
Où ces romans qui me font vibrer... 


UNE BRAISE SOUS LA CENDRE de Sabaa Tahir

Couverture de Une braise sous la cendre, Tome 1

Laia est une esclave.

Elias est un soldat.

Aucun d'entre eux n'est libre.

Sous l'Empire Martial, la défiance est synonyme de mort. Ceux qui ne dédient pas leur sang et leur corps à l'Empereur risquent l'exécution des personnes qu'ils aiment et la destruction de tout ce qui leur est cher.

C'est dans ce monde brutal, inspiré de la Rome ancienne, que Laia vit avec ses grands-parents et son frère aîné. Sa famille survit comme elle peut dans les allées sombres et pauvres de l'Empire. Ils ne défient pas l'Empire. Ils ont vu ce qui arrive à ceux qui osent le faire.

Mais quand le frère de Laia est arrêté pour trahison, Laia doit prendre une décision. En échange d'aider les rebelles qui ont promis de secourir son frère, elle doit risquer sa propre vie pour jouer les espionne à l'intérieur même de la plus grande académie militaire de l'Empire.

Là-bas, Laia rencontre Elias, le soldat le plus doué de l'école - et secrètement, le plus réticent. Elias ne veut
qu'une chose : se libérer de la tyrannie qu'il se doit d'appliquer de par sa formation. Lui et Laia réalisent rapidement que leurs destinées sont étroitement liées, et que leurs choix pourraient bien changer le sort même de l'Empire.

     Il y a des romans qui nous convainquent et ce, dès la première page. Ça été le cas pour moi à la lecture d'Une braise sous la cendre: j'ai su tout de suite que j'allais adorer ! L'univers créé par l'auteur est sombre, fascinant et d'une certaine façon très réaliste et ce, malgré la présence de créatures surnaturelles. Créatures qui ne font que rajouter un plus à ce monde et à l'intrigue. Mais l'auteur nous fait vraiment entrer dans son univers, elle nous fait croire à son histoire, elle nous attache d'une main de fer à ses personnages.
Car les personnages sont ce que je vais retenir le plus de ce roman: Laia et Elias m'ont touchée en plein coeur. Ce sont deux personnages à la réalité totalement opposée et en même temps, si proche l'une de l'autre parce qu'ils sont tous les deux prisonniers de leur vie, de leur condition. Laia, discrète et peu sûre d’elle, qui croit qu’elle n’est pas à la hauteur de sa famille, va découvrir qu’elle a une détermination à toute épreuve et un courage hors du commun. Elias, qui se bat contre son Mask depuis le premier jour, qui se bat contre ce qu’il pourrait devenir, qui craint de devenir un monstre. Oui, ce sont deux personnages exceptionnels et j'ai adoré la relation qui se développe lentement entre eux, même si elle reste en second plan. J'ai aussi beaucoup aimé la relation entre Helen et Elias et ce, même si ça se rapprochait beaucoup d'un triangle amoureux.  Par contre, la romance entre Kennan et Laia m'a agacée, je ne me suis pas attachée à Kennan et je n'ai pas cru à leurs sentiments. Les autres personnages secondaires, comme Fille de cuisine ou les amis d’Elias, ont tous un petit quelque chose d’unique, mais j’aurais voulu qu’ils soient d’avantage présents dans le roman.
    Je réalise que, comme souvent, je n’ai pas encore parlé de l’intrigue… ici, il y en a deux : celle de Laia, qui doit espionner la commandante cruelle de Blackcliff, et celle d’Elias qui, sur le point de devenir un Mask, veut s’enfuir pour retrouver sa liberté. Et leurs histoires, leurs vies vont s’entrelacer parce qu’ils sont tous les deux des braises sous la cendre. Si c’est vraiment intéressant d’avoir les deux point de vue,  c’est aussi très frustrant par moment parce que l’auteur sait couper au moment parfait pour nous donner envie de lire plus vite pour découvrir la suite ! C’est la même chose pour la fin : même si on ne termine pas un suspens, on en tout de même envie de savoir ce qui va se passer ensuite parce qu’on sent que les choses ne seront pas simples pour Elias et Laia.
    Comme vous l’avez sûrement compris, Une braise sous la cendre est un petit coup de cœur, un roman à lire pour tous ceux qui aiment la fantasy jeunesse. L’attente va être longue avant la sortie du deuxième tome !
http://amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/8760376.jpg?625oie-8

mardi 26 avril 2016

Lecture du moment  
             Mini-chroniques sur mes dernières lectures


LA DERNIÈRE CHANSON de Nicholas Sparks
Couverture de La Dernière chanson
A l'âge de 17 ans, la vie de Veronica Miller, alias " Ronnie ",'` est bouleversée par le divorce de ses parents et le départ soudain de son père, qui abandonne New York pour la Caroline du Nord. Elle lui en veut vraiment et refuse de le voir depuis la rupture... Jusqu'au jour où, trois ans plus tard, sa mère décide de l'envoyer passer un été avec lui, espérant une réconciliation. Le père de Ronnie, ancien pianiste et professeur, mène une vie paisible en bord de mer où il se consacre à la confection d'une oeuvre d'art. Dès son arrivée, Ronnie se rebelle et menace de partir. Mais bientôt, elle fait la connaissance de Will, un jeune homme du village, qui va faire chavirer son coeur. Baissant sa garde, va-t-elle enfin réussir à s'ouvrir au bonheur ?

    Je ne m’attendais pas en ouvrant ce livre à aimer autant cette histoire parce que je la connaissais déjà pour avoir vu le film à quelques reprises, parce que je savais déjà d’avance tout ce qu’il allait se passer. Bien que ce ne soit pas un coup de cœur, j’ai été captivé par le roman, presque dès le début, et oui, j’ai été touchée par les personnages, par ce qu’ils vivent, par ce qu’ils ressentent, bien plus que je ne l’ai été en regardant l’adaptation. Et alors que je savais déjà comment ça allait finir, je n’ai pu m’empêcher de verser une larme (plusieurs en réalité).
    Première surprise en lisant le roman : on a le point de vu de plusieurs personnages. J’ai vraiment apprécié suivre l’histoire à travers la perception de Steeve et Will, ça leur donne une profondeur, une véracité qu’ils n’auraient pas eu s’ils étaient restés dans l’ombre de Ronnie. D’ailleurs, je crois que j’aurais rapidement abandonné le roman s’il avait été écrit seulement du point de vu de Ronnie, parce qu’au début du livre, elle est assez pénible dans le genre adolescente en révolte ! Mais elle évolue tout au long du roman et j’ai adoré la voir grandir, changer pour devenir une adulte plutôt qu’une ado rebelle.
    Et cette évolution a lieu grâce à sa relation avec Will, mais surtout grâce à sa relation avec son père qui change du tout au tout pendant l’été. C’est l’aspect du roman qui m’a le plus touché : le rapprochement entre Ronnie et son père, la relation forte, empli d’amour, de pardon, d’acceptation qu’ils partagent tous les deux. C’est beau, c’est bouleversant et oui, ça m’a frappé en plein cœur.
    Même si certains aspects du roman m’ont laissé un peu plus froide, notamment toute l’histoire avec Marcus qui ne m’intéressait pas, et que le récit est du déjà-vu, j’ai passé un agréable moment avec ce roman. J’ai bien l’intention de découvrir d’autres romans de Nicholas Sparks.    

http://2.bp.blogspot.com/-EbKElB1PJXQ/VieSntwiviI/AAAAAAAAF2A/HtFTayWRDgg/s320/abc2016.jpg

lundi 25 avril 2016

Lecture du moment  
             Chroniques sur mes dernières lectures


QUAND SOUFFLE LE VENT DU NORD de Daniel Glattauer


Couverture de Quand souffle le vent du nord

Un homme et une femme.
Ils ne se connaissent pas mais échangent des mails. Jusqu'à devenir accros.
Jusqu'à ne plus pouvoir se passer l'un de l'autre, sans se rencontrer pour autant ...
Savoureuse et captivante, cette comédie de moeurs explore avec finesse et humour la naissance du sentiment amoureux.


    Ce roman épistolaire est un long échange de mail entre deux personnages : Emmi et Léo. Dit ainsi, ça peut sembler ennuyant mais ce n’est pas du tout le cas ! J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre cet échange entre deux personnages très différents, j’ai adoré suivre l’évolution de leur relation, assister à l’éclosion de leurs sentiments qui sont de plus en plus forts au fil du temps et ce, alors qu’ils ne se sont jamais rencontrés. Mais le plus surprenant, c’est que j’y ai cru à 100% à cette romance ! Et c’est peut-être ce qui fait qu’une fois plongé dans le roman, on a plus envie de le laisser de côté : Emmi et Léo deviennent de vrais personnes au fil de la lecture. Ils semblent réels, avec leur vie, leurs faiblesses et leurs forces, leurs désirs… J’avais l’impression d’être une voyeuse qui épiait les échanges de ces voisins et ce, malgré le style parfois un peu pompeux. Et on suit ces échanges presqu’avec avidité parce qu’on veut savoir où tout ça va les mener, on veut savoir s’ils vont finir par se rencontrer et par s’aimer vraiment… et on veut aussi savoir quels sont leurs caractéristiques physiques à tous les deux. C’est une question qui semble futile, mais prend une place importante dans le roman et qui ne trouve jamais sa réponse ! Je ne pensais pas accorder autant d’importance à ce détail, mais vu la façon dont l’auteur parle de leur apparence, c’est presque comme une enquête, et je veux absolument savoir à quoi Léo et Emmi ressemblent !
    Léo est un personnage vraiment attachant ! Il m’a conquise dès le début et les moments où il a bu sont tout simplement délectables ! Je crois qu’à la place d’Emmi, je serais moi aussi tombé sous son charme ! J’ai eu un peu plus de mal avec le personnage d’Emmi, je l’ai trouvé superficielle et imbue d’elle-même, mais je me suis attachée à elle petit à petit, alors qu’elle montrait de plus en plus sa vulnérabilité.
   La fin est frustrante, et si je n’avais pas su qu’il y avait une suite, je crois que j’aurais hurlé de colère que tout se termine sans qu’il n’y ait véritablement de fin. Mais à la place, je vais me dépêcher de me procurer le tome 2 pour connaître la suite de l’histoire d’Emmi et Léo.
https://3.bp.blogspot.com/-Esyi-CyySwc/VaVmQWRjxaI/AAAAAAAAD88/XJmvbhjvNMY/s320/Lesfillesdemrsbennet.png


mercredi 20 avril 2016

Lecture du moment  
             Mini-chroniques sur mes dernières lectures

LES GARDIENS DE L'ÉTERNITÉ tome 1 DANTE Alexandra Ivy

Couverture Les Gardiens de l'éternité, tome 01 : Dante

Ce fut une journée chargée pour Abby Barlow. Dans à peine quelques heures, elle a survécu à une explosion, vu son employeur mourir, a fait un rêve saisissant et maintenant elle se trouve dans un hôtel miteux avec le sexy et suréel Dante, un homme qu'elle désire et craint. Depuis 341 ans, Dante est gardien auprès du Calice, une humaine choisie pour retenir la pénombre. Un terrible coup du sort a décidé qu'Abby serait dorénavant cette femme. Trois heures plus tôt, Dante aurait usé de tous ses charmes pour la séduire. Maintenant, son rôle est de la protéger. Et il en sera ainsi jusqu'à sa propre mort. Un plan terrifiant est en marche, un plan qui va plonger Dante et Abby au cœur d'une bataille épique entre le bien et le mal... et d'une course désespérée pour sauver leur amour...


    Mon avis après ce premier tome des Gardiens de l’éternité ? Et bien, cette série se situe au milieu du peloton : elle n’est ni la meilleure, ni la pire série de bit-lit que j’ai lu ! Si vous recherchez un gros coup de cœur, un livre avec une intrigue à la hauteur par exemple des Charley Davidson ou des Meg Corbyn, alors passez votre chemin. Dans le premier tome des Gardiens de l’Éternité, l’action apparaît dès le début du roman et est omniprésente presque tout au long du récit, mais l’intrigue reste assez simpliste : un vampire enchaîné par des sorcières à une humaine un peu spéciale est obligée de la protéger (et bien sûr il en tombe amoureux). L’histoire avait le potentiel pour quelque chose d’un peu plus recherché, avec cette histoire de démons et d’esprit du phénix. Malheureusement, l’auteur tombe dans la facilité et ne creuse pas assez pour nous tenir en haleine, nous donner envie d’en découvrir plus. Peut-être garde-t-elle quelques atouts dans sa manche pour la suite, mais j’aurais voulu que ce premier tome soit un peu plus percutant pour me donner envie de continuer la série.
    Malgré cela, j’ai passé un bon moment avec Dante et Abby, deux personnages forts et assez attachants. J’ai particulièrement aimé leur nombreuse joute verbale et j’ai trouvé qu’ils formaient un couple auquel on ne peut qu’adhérer… pour une fois, ça fait du bien que la romance ne soit pas compliqué ! J’ai aussi apprécié le dosage entre action et romance, parce qu’aucun des deux aspects ne prend trop de place par rapport à l’autre, même si parfois les scènes érotiques semblaient un peu déplacés au vu des circonstances entourant les héros.
    En bref, Les gardiens de l’éternité est une série que je ne recommande pas… mais que je ne déconseille pas non plus. À vous de vous faire votre opinion ! Mais je crois que c’est un premier tome que j’oublierai rapidement…

 http://amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/8760376.jpg?625http://p8.storage.canalblog.com/86/57/994000/107300276_o.jpg


lundi 18 avril 2016

Lecture du moment  
             Mini-chroniques sur mes dernières lectures


AVANT LE LABYRINTHE : L'ORDRE DE  TUER de James Dashner

Couverture de L'Épreuve, tome 4 : L'Ordre de Tuer

Treize ans avant que Thomas entre dans le labyrinthe, une éruption solaire a frappé la Terre. Mark et Trina ont survécu à la catastrophe. Mais cette terrible épreuve n'est rien comparée à ce qui les attend. Une étrange épidémie se répand aux États-Unis, elle frappe de folie les individus qu'elle atteint. Pire, elle met en danger jusqu'à l'existence de la race humaine !

Convaincus qu'il existe un moyen de sauver les malades, Mark et Trina sont bien décidés à le trouver ... s'ils parviennent à rester en vie. Dans ce monde dévasté, certains préfèrent tuer pour que personne ne découvre la vérité.


    Pour ceux qui ne connaissent pas la série L’épreuve, remédiez à la situation immédiatement parce que les livres de cette série sont de véritables bombes ! Le genre de roman qui vous scotchent à votre chaise et qui vont faire dire un seul mot lorsque vous tournez la dernière page : WOW !
    Pour ceux qui connaissent la série L’Épreuve, vous savez donc que ce quatrième tome est en fait un préquel du Labyrinthe qui se passe plusieurs années avant, et dont les personnages ne sont pas du tout les mêmes que pour le reste de la série. Je dois dire que dès que j’ai entendu parler de ce roman, j’ai eu très envie de le lire… mais après avoir lu plusieurs avis négatifs, j'avais de grandes appréhensions en ouvrant ce roman. Des appréhensions qui n'avaient pas lieux d'être parce que j'ai beaucoup aimé ! Dès les premières pages, j'ai été prise par l'histoire : l'auteur ne nous laisse aucun répit. Les événements s'enchaînent, il y a de l'action à chaque page et des réponses à certaines questions que l'on se pose depuis le début du Labyrinthe. J'ai vraiment aimé voir la vie tout de suite après les éruptions solaires (et même au moment où ça se passe avec les flashbacks de Mark), assister à l'éclosion de la braise, voir comment les gens de l'époque ont fait face (ou pas) à tous ces événements.
    Les personnages sont attachants, même s'ils n'ont pas réussi à me convaincre, à me toucher autant que Thomas et ses amis l'avaient faits. J'ai aimé chacun d'eux et j'ai été choqué par tout ce que l'auteur leur fait subir car, comme pour les autres livres de la série, James Dashner n'épargne ni ses personnages ni ses lecteurs ! La tension monte peu à peu, avant d'exploser à la fin du roman. On sent que quelque chose de terrible se prépare, et vu ce qu'on sait du futur du monde dans lequel vivent Mark et les autres, on sait que ce sera horrible... et on a peur pour Mark, pour Trina et pour Alex. On a peur pour eux et on prie pour que rien ne leur arrive, sans avoir trop d'espoir que tout se finisse pour chacun d'eux. Puis la fin arrive. Et c'est une fin d'une certaine façon parfaite et d'une certaine façon, oui, horrible. Mais je n'en dis pas plus pour ne pas vous spoiler. Ce serait dommage de gâcher la lecture de ce roman. Sachez juste que la fin va vous toucher, il ne pourra en être autrement !
    En bref, L'ordre de tuer est un très bon prequel, bien qu'un cran en-dessous de la série originale, (mais avec un tel niveau c'était difficile à égaler). Il y a de l'action à couper le souffle, des personnages attachants et des événements qui nous prennent aux trippes. À lire de toute urgence pour tous les fans de la série... et pour les autres aussi ! ;)

http://amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/8760376.jpg?625oie-8



dimanche 17 avril 2016

Lecture du moment  
             Mini-chroniques sur mes dernières lectures


SIX ANS DÉJÀ d'Harlan Coben
Couverture de Six ans déjà

Impuissant, Jake assiste au mariage de Natalie, la femme qu'il aime. Leur histoire est bien finie, et elle lui fait promettre de ne plus jamais la contacter. Ni d'essayer de la voir.
Jake tiendra parole, pendant six ans. Jusqu'à ce qu'il tombe sur la notice nécrologique de Todd Sanderson, le mari de Natalie. Du moins, semblait-il. Car aux funérailles, la veuve se révèle être une parfaite inconnue. Alors, ou est Natalie ? Pourquoi lui aurait-elle menti ?
Déterminé à la retrouver, Jake va devenir la proie d'une machination meurtrière. Et découvrir qu'en amour, il est des vérités qui tuent...



    Ça fait un petit moment déjà que ce livre me fait de l’œil. Comme j’aime beaucoup la série Mikey Bolitar de cet auteur, j’avais hâte de découvrir un thriller « adulte » d’Harlan Coben… mais ce roman n’a pas été à la hauteur de mes attentes. C’est difficile d’expliquer pourquoi ce livre ne m’a pas plu parce que pendant ma lecture, j’étais totalement prise par l’intrigue. Je tournais les pages à toute vitesse : je voulais découvrir la suite ! Il fallait que je sache le fin mot de l’histoire le plus vite possible.
    Puis lorsque j’ai tourné la dernière page du roman, je suis restée seulement avec un sentiment d’insatisfaction et la première chose que j’ai pensé, c’est : tout ça pour ça ? Oui, il y a beaucoup de suspens dans le roman, des retournements de situations, des révélations. Jake, le personnage principal, fait face à toutes sortes d’épreuves : des enlèvements, des bagarres, des tentatives de meurtres. C’en devient même lassant à un moment parce que le tout semble bien trop tiré par les cheveux ! C’est aussi le cas de l’explication de toute l’histoire, qui bien qu’évidente et facile à deviner, ne semble pas très réaliste.
    Le personnage de Jake est très attachant, malgré son amour pour Nathalie qui se rapproche d’avantage d’une obsession à mon avis. Il en devient même agaçant à toujours penser à quel point il l’aime et que c’était la femme de sa vie et bla bla bla…   Les autres personnages restent assez en retrait, si bien qu’aucun ne compte vraiment et on se fiche un peu de ce qui leur arrive et de ce qu’ils cachent.
    En bref, un roman assez prenant pendant la lecture mais qui se révèle après coup une totale déception. Il faut dire aussi que mes attentes étaient grandes ! Si vous voulez absolument lire un roman d’Harlan Coben, je vous suggère d’en essayer un autre !   

http://2.bp.blogspot.com/-EbKElB1PJXQ/VieSntwiviI/AAAAAAAAF2A/HtFTayWRDgg/s320/abc2016.jpg


samedi 9 avril 2016

Lecture du moment  
             Chroniques sur mes dernières lectures


LA COMPLAINTE D'IRWAM tome 1 SYR YNIS d'Anna Combelles


Couverture La Complainte d'Irwam, tome 1 : Syr Ynis

Nathan, jeune lecteur passionné, est loin d’imaginer que derrière un Voile protecteur, les personnages qu’il crée naissent et vivent de nouvelles aventures. Pourtant, lorsqu’il rencontre Cassiodore et Léandre, les héros de sa dernière lecture, sa réalité devient presque aussi belle que les histoires qu’il apprécie. Mais, Irwam, gardienne du Voile, acceptera-t-elle de le laisser vivre et créer d’autres mondes ?



MERCI À LIVRADDICT, AUX ÉDITIONS L'IVRE-BOOK ET À L'AUTEURE ANNA COMBELLES POUR CE PARTENARIAT !  
    La complainte d’Irwam, c’est un roman prenant et original, un petit coup de cœur, une belle découverte pour la fan de fantasy que je suis ! Le début, toute la première partie en fait, a été assez laborieuse. On suit trois histoires à la fois, celle de Nathan dans le monde réel, celle d’Irwam la gardienne du voile, et celle de Léandre et Cassiodore, des héros d’un roman de fantasy. Et bien que les trois histoires soient intéressantes, passer de l’une à l’autre sans cesse m’a empêchée d’entrer à fond dans le récit et de m’attacher aux personnages. Chaque fois que je me sentais prise par l’histoire, on changeait de monde et tout était à recommencer. Puis, au début de la deuxième partie, on sent que le point culminant du roman approche et les pages commencent à se tourner plus rapidement.
    À ce moment, tous les personnages se rencontrent, enfin, et il se passe un phénomène sur lequel il est difficile de mettre des mots : l’histoire  devient tout simplement magique ! Impossible d’arrêter de lire, impossible de mettre le roman de côté sans en connaître la fin, impossible délaisser ces personnages si différents mais tous attachants à leur façon. J’ai eu un coup de cœur pour Nathan, jeune homme au cœur pur, Cassiodore et son côté espiègle, Léandre, si doux sous ses airs de durs. D’ailleurs, je crois n’avais jamais eu un coup de cœur pour trois personnages dans un même livre !
    En plus des personnages et de l’histoire, j’ai aussi eu un coup de cœur pour deux « couples » : Cassiodore et Léandre, et Nathan et son amie Colline. Ces deux duos sont très touchants et m’ont fait passer par toute une palette d’émotions ! J’ai un peu moins aimé le « couple » Nathan/Irwam parce que j’ai trouvé que tout était un peu trop soudain entre eux et allait beaucoup trop vite. C’est l’une des plus grandes faiblesses de l’histoire parce que je n’ai pas du tout adhéré à cette romance.  Heureusement l’auteur ne s’y attarde pas trop donc ça ne m’a pas gâché la lecture.
    Je réalise que j’ai très peu parlé de l’intrigue du roman, mais c’est très bien aussi ! Le plus agréable dans un livre de ce genre, c’est de se laisser surprendre par les événements et dans Syr Ynis, on ne sait jamais à quoi s’attendre ! Tout ce que vous avez besoin de savoir, c’est qu’on retrouve dans ce roman tous les ingrédients pour en faire un livre passionnant : un monde complexe, des mystères à résoudre, des épreuves, un sorcier machiavélique qui menace les personnages principaux, plusieurs intrigues qui se croisent et bien sûr, une fin frustrante au possible !
    Même si ce n’était pas gagné au départ, Sir Ynis a vraiment ce petit quelque chose qui fait qu’un livre nous prend au trippe, que ces héros nous touchent au cœur et qu’on a qu’une envie en terminant de le lire : se procurer la suite au plus vite !

http://amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/8760376.jpg?625

jeudi 7 avril 2016

Lecture du moment  
             Mini-chroniques sur mes dernières lectures


AUX PORTES DE LA PIERRE ET DU TEMPS tome 2 LES INFINIS


Couverture de Aux portes de la pierre et du temps, Tome 2 : Les Infinis

ATTENTION ! RISQUE DE SPOILER !

Les murs de Ninurta garantissent la sécurité de ses citoyens.
Kai a toujours cru que le seul danger pour la ville venait de l’intérieur. Désormais, avec une force rebelle qui menace le fragile gouvernement, les murs se sont plus que jamais transformés en prison. La situation s’aggrave tandis qu’Avan explore sa nouvelle identité comme Infini, et que Kai doit lutter pour lui rappeler ce que c’est que d’être humain. Elle craint aussi que son frère, Reev, ne collabore avec les rebelles. Les deux êtres qui lui sont les plus chers sont dans les camps opposés d’une guerre en train de se couver, et Kai fera tout ce qui est nécessaire pour ramener la paix. Mais elle a perdu son pouvoir de manipulation des fils du temps, et elle apprend qu’une guerre civile peut n’être que le début de quelque chose de bien pire qui fera s’effondrer non seulement les murs de Ninurta, mais aussi la ville tout entière.
Dans cette suite passionnante de Aux portes de la pierre et du temps, Kai doit décider quelle part de son humanité elle est prête à perdre pour protéger la seule famille qu’elle ait connue.


    Au début du roman, je n’étais pas convaincue que j’aimerais cette suite autant que j’avais apprécié le premier tome. Kai se trouve dans un moment de transition, sa vie est en quelques sortes en pause : ses rapports avec son frère battent de l’aile, Avan ne se rappelle plus d’elle alors leur relation est aussi en suspens, et même si le sort du royaume est loin d’être assuré, Kai refuse de s’impliquer. Le début est donc un peu ennuyant, mais très rapidement, arrive un événement imprévu qui vient tout bouleverser.
    À partir de là, impossible de poser le roman ! Même s’il y a un peu moins d’action que dans le premier tome, on ne s’ennuie plus du tout une fois l’introduction passée. Encore une fois, on suit Kai dans un voyage qui la mène vers un endroit dont elle n’avait jamais soupçonné l’existence et on en découvre un peu plus sur son monde, qui est plus grand qu’elle ne le pensait. Même si elle laisse les problèmes de Ninurta derrière elle, c’est pour en affronter d’autres tout aussi menaçants, avec l’aide de Mason qui est un de mes personnages coup de cœur ! Son optimiste et son humour amène un peu de légèreté à l’histoire, et j’ai adoré suivre l’évolution de leur relation à Kai et lui, même si j’espère que l’auteur ne tombera pas non plus dans le triangle amoureux facile.
    Kai, une héroïne vrai, entière et tellement touchante. Son désir de rester humaine à tout prix, de ne pas devenir comme les autres Infinis qui jouent avec la destinée des hommes, sa capacité d’aimer avec tellement de force et de passion, sa loyauté, sa force de caractère… c’est un personnage auquel on ne peut que s’attacher. Sa romance avec Avan, bien que plus en arrière-plan vu que celui-ci est absent mais il reste toujours dans ses pensées, est toujours aussi bouleversante. Surtout maintenant qu’ils rencontrent de grandes difficultés. C’est un couple qui me touche en plein cœur et j’attends avec impatience de les retrouver pour voir l’évolution de leur relation. J’ai hâte de retrouver tous les personnages en fait et de voir ce qui va arriver maintenant que Kai est bien décidée à se battre, peu importe ce qu’elle doit faire !
    En bref, un tome 2 passionnant à la hauteur du premier, une série addictive à découvrir !  
http://amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/8760376.jpg?625oie-8

lundi 4 avril 2016

Lecture du moment  
             Mini-chroniques sur mes dernières lectures

OBSESSION de Catherine Kalengula

Couverture de Obsession
Gisèle, une jeune danseuse française de dix-neuf ans, débarque à New York dans le but de faire carrière dans l’un des théâtres de la mythique Broadway. Mais elle rate son audition et voit ses rêves s’envoler. Pourtant, elle est remarquée par le propriétaire du théâtre, qui lui propose un poste de femme de ménage dans son établissement : elle pourra ainsi assister discrètement aux répétitions en attendant de trouver un rôle dans un spectacle. Mais bientôt, des phénomènes étranges se manifestent autour de Gisèle. Elle apprend alors qu’un jeune danseur s’est suicidé dans ce théâtre, quatre décennies auparavant. Gisèle est-elle devenue folle, ou est-il possible que la présence qui semble l’enlacer lorsqu’elle s’entraîne en cachette sur la scène du théâtre soit un fantôme ?

    Difficile pour moi d’écrire un avis sur Obsession, parce qu’il y a autant de choses que j’ai aimé que de choses que j’ai détesté. Ma conclusion, plusieurs heures après avoir terminé le roman, c’est que l’histoire avait beaucoup de potentiel mais elle a été mal exploitée. Le récit se démarque des autres romans fantastiques jeunesses parce qu’il n’est pas question des créatures surnaturelles habituelles, mais de fantômes. Et les histoires de fantôme ne sont pas si courantes (elles sont même assez difficiles à trouver pour ceux qui aiment ça comme moi). En plus de ça, j’ai aussi aimé la façon assez originale dont la romance est amenée. Il y a un petit quelque chose dont je ne peux pas vraiment parler pour ne pas spoiler, qui fait que la romance se démarque de ce que j’ai déjà lu. Et ça, c’est rafraîchissant !
   Par contre, l’envers de la médaille : cette romance est souvent frustrante. Même si l’on se trouve dans la tête de Gisèle, il est parfois impossible de comprendre vraiment ce qu’elle ressent.  Et si on le comprend, par de petits indices laissés ici ou là, c’est Gisèle elle-même qui ne comprend pas et qui se voile la face, et c’est tout aussi frustrant ! Puis à d’autres moments, ses émotions sont tellement exacerbées que ça semble exagéré… et dans ces moments-là, Gisèle fait n’importe quoi et je dois avouer que j’ai eu du mal à comprendre beaucoup de ces choix presque jusqu’à la fin. Je l’ai trouvé faible face à Chance, ce qui me l’a rendu assez antipathique  parce que je déteste les personnages féminins qui se laissent dominer par un beau « gars ».
   Le personnage de Chance, lui, m’a bien plus. Il a un côté séduisant, mystérieux, mais aussi effrayant qui ajoute une note sombre à l’histoire. Bevan aussi est un personnage attachant, mais il reste trop en arrière-plan. J’aurais voulu apprendre d’avantage à le connaître.
    Comme vous voyez, pour chaque point positif, il y a du négatif ! Mais Obsession n’est pas un mauvais roman pour autant. C’est une histoire assez prenante avec une ambiance sombre et envoûtante. À lire pour les fans de fantôme… mais seulement si vous êtes prêts à passer par-dessus quelques défauts agaçants !  

http://amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/8760376.jpg?625oie-8http://2.bp.blogspot.com/-EbKElB1PJXQ/VieSntwiviI/AAAAAAAAF2A/HtFTayWRDgg/s320/abc2016.jpg


Lecture du moment  
             Mini-chroniques sur mes dernières lectures


LE NOIR LUI VA SI BIEN de Kelly Keaton

Couverture de Gods & Monsters, Tome 1 : Le noir lui va si bien

Ari, 17 ans, a toujours pensé que quelque chose clochait chez elle: elle a les cheveux blancs depuis toujours. Lorsqu’elle découvre une lettre laissée par sa mère – décédée quand elle était petite, elle sait qu’il est temps de découvrir sa réelle identité: sa mère évoque une malédiction famililale et lui ordonne de fuir… Sa seule piste: la Nouvelle-Orléans, détruite après Katrina, désormais aux mains des 9 familles les plus riches te les plus puissantes de la ville.

Dont aucune n’est humaine…




    Un roman à la mythologie riche et intéressante, un univers fascinant et une ambiance bien particulière digne de ce qu’on raconte sur la Nouvelle-Orléans. J’ai beaucoup aimé Le noir lui va si bien et si j’ai une chose à reprocher au livre, c’est qu’il est trop court ! J’aurais voulu que l’histoire soit plus longue et plus approfondie pour qu’on ait le temps de s’imprégner de l’atmosphère, pour qu’on puisse apprendre à mieux connaître les personnages secondaires qui entourent Ari.
    Tout va donc un peu trop vite à mon goût dans le récit, mais en même temps, ça donne un côté très addictif au roman. Une fois commencé, on le dévore rapidement jusqu’à la toute fin. Dans cette histoire, on retrouve plusieurs éléments combinés qui donne un mélange explosif : un passé mystérieux, des batailles, des enlèvements, des révélations (bien qu’un peu prévisible), des pouvoirs insoupçonnés, des créatures surnaturelles, agrémenté d’un soupçon de mythologie grecque… bref, tout pour en faire une lecture vraiment prenante !  En plus de ça, on a une héroïne forte, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui est bien décidée à découvrir la vérité sur ses origines, peu importe les conséquences. Je me suis rapidement attachée à Ari qui est un personnage qui m’a touché autant qu’elle m’a fait sourire. Quant aux autres personnages qui l’entourent, il y en a de toutes les sortes. Et même s’ils restent assez en retrait, sauf peut-être Sebastien, ils sont tous différents et attachants à leur façon. Ensemble, ils forment une équipe qu’on a envie de suivre plus longtemps.  
    En bref, Le noir lui va si bien est un roman passionnant, trop rapide et pas assez approfondi, mais c’est un premier tome qui donne envie de lire la suite sans tarder !

http://amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/8760376.jpg?625http://p8.storage.canalblog.com/86/57/994000/107300276_o.jpg

oie-8